Sophie Roux – Enseignements 2020-2021

La Révolution scientifique
S1 – Cours master
Ce cours, ouvert aux étudiants littéraires et scientifiques, porte sur la Révolution scientifique du XVIIe siècle. Nous commençons par examiner la construction historique et philosophique de la notion de « Révolution scientifique », puis les critiques qu’elle a suscitées à partir des années 1980, ce qui élimine toute conception substantielle de la Révolution scientifique. Nous pouvons alors lire les œuvres d’un certain nombre de savants (Copernic, Kepler, Bacon, Galilée, Descartes, Newton : c’est variable selon les années), comprendre comment ils concevaient et pratiquaient la science, et pourquoi leurs œuvres ont été l’objet d’interprétations si différentes. Les étudiants littéraires découvrent que des auteurs bien connus ont écrit des œuvres qu’ils ne connaissent pas (par ex. les Météores de Descartes), les étudiants scientifiques s’aperçoivent des difficultés matérielles et intellectuelles qui ont été surmontées pour établir un résultat aujourd’hui trivial (par ex. la loi de la chute des corps). Les uns et les autres s’initient à la philosophie des sciences via l’histoire des sciences.

Écrire la philosophie à l’âge classique
S2 – Cours Master
Le XVIIe siècle a été un âge inventif du point de vue des doctrines philosophiques et scientifiques, mais aussi quant à la question de savoir comment écrire la philosophie, y compris ce qu’on appelait alors la philosophie naturelle. À l’exercice monolithique du commentaire scolastique succèdent quantité de genres littéraires: le dialogue (Dialogues sur les deux grands systèmes du monde de Galilée, Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle), le récit autobiographique ou les mémoires (Discours de la méthode, multiples Mémoires), les vies de philosophes (avec, par exemple, de Gassendi, les De Vita, moribus, et doctrina Epicuri libri octo, ou, de Baillet, la Vie de Monsieur Descartes), le récit ou le traité expérimental (chez Pascal en France ou Boyle en Angleterre), les voyages dans les cieux (Le Somnium de Kepler, le Voyage du monde de M. Descartes de Gabriel Daniel), etc. L’objectif du cours est d’étudier quelques-unes de ces formes, sans pour autant oublier au passage les contenus doctrinaux, ce qui permettra d’examiner non seulement les accords, mais aussi les tensions ou les accommodations qui peuvent exister entre ces formes et ces contenus.

Gassendi et Descartes : le dialogue de la chair de l’esprit – Sophie ROUX et Delphine BELLIS
S1- Mardi 16h-18h – Cours par visio-conférence
Ce séminaire entièrement virtuel porte sur la réception des Meditationes de prima philosophia par Gassendi. Embrassant la séquence qui, passant par les Cinquièmes Objections et les Cinquièmes Réponses, mène des Meditationes à la Disquisitio metaphysica, il entend prendre au sérieux les objections qu’un philosophe aujourd’hui peu étudié a adressé à d’importantes thèses de la métaphysique cartésienne : la possibilité de recourir à un doute méthodologique, les preuves d’existence, l’appréhension de l’infini, la distinction réelle de l’âme et du corps, l’immatérialité de l’âme. D’un point de vue méthodologique, on cherchera à comprendre comment une controverse conduit des philosophes à faire évoluer leurs positions, qu’il s’agisse de les clarifier, de les approfondir, de les radicaliser ou même de les modifier. Après deux séances d’introduction par les organisatrices, chaque séance consistera en un bref exposé par un conférencier invité suivi d’une longue discussion avec les organisatrices et les participants. Le texte de l’exposé et les passages de la Disquisitio ayant été diffusés à l’avance, l’objectif d’une séance ne sera pas de prendre connaissance d’une question, mais d’approfondir sa compréhension grâce à la discussion.